Le contexte historique

Pendant 400 ans, de 1517 à 1917, la Palestine est sous influence turque. Le territoire fait partie intégrante de la « Province de Damas », gouvernée depuis Istanbul et englobée dans un empire ottoman immense recouvrant une grande partie de la région moyen-orientale. Malgré la domination turque, les communautés musulmanes, chrétiennes et juives réussissent à conserver une certaine autonomie. La livre ottomane est la monnaie circulante et dominante. La Première Guerre mondiale et les victoires britanniques accélère l'effondrement de l'Empire turc et le démantèlement de ses territoires arabes. La livre égyptienne devient la nouvelle monnaie courante en Palestine à partir de janvier 1918 et gagne très rapidement la confiance du public. En 1920, Société des Nations place la Palestine sous mandat britannique provisoire. C'est à partir de ce moment qu'il est sérieusement envisagé de créer une émission de billets de banque pour la Palestine. Pourtant, cette suggestion avait déjà été avancée par la Compagnie Anglo-Palestine en octobre 1917 mais rejetée d'emblée par le gouvernement britannique pour des motifs politiques mais surtout par crainte de la réaction de la population arabe locale.

Mais finalement, le gouvernement britannique change d'avis pour des raisons purement économiques, car il comprend très vite que les bénéfices résultant du commerce sont liés à la livre égyptienne et profitent avant tout au gouvernement égyptien et à la Banque nationale d'Égypte. L’introduction d’une monnaie propre à la Palestine conduirait à une situation dans laquelle les bénéfices qui en résulteraient profiteraient plutôt au gouvernement palestinien et donc à la grande-Bretagne en sous-main. En 1926, le Secrétaire d'État aux Colonies britannique fonde le Palestine Currency Board, ouvrant enfin à la création d'une monnaie officielle pour le territoire. La livre de Palestine (ou Palestine pound) est lancée l'année suivante, le 1er novembre 1927. La monnaie, divisée en 1 000 millimes (mils), est alignée sur la livre sterling avec son poids équivalent en or.

Il se sera donc écoulé une décennie pour découvrir enfin cette monnaie palestinienne... dont la mise en circulation des premiers billets provoque un tollé général auprès des différentes communautés. La population juive revendique que les billets n'atteignent pas leur objectif symbolique et historique. La communauté chrétienne se plaint de ne pas être représentée sur les illustrations des billets. Enfin, la population arabe se sent insultée et appelle au boycott et à l'utilisation exclusive de la livre égyptienne. Cette polémique durera finalement dans le temps avec des évènements nouveaux qui viendront s'ajouter, notamment, des discussions sans fin concernant les nouveaux modèles de billets qui resteront non-émis (voir ci-dessous), la question d'une impression d'urgence locale en raison de la coupure d'approvisionnement avec la Grande-Bretagne au cours de la Seconde Guerre mondiale ou comment endiguer les tentatives de contrefaçons des organisations clandestines locales.

L'histoire s'accélère en février 1947, lorsque les Britanniques remettent la question de la Palestine et de leur mandat provisoire à l’ONU. Le 29 novembre 1947, les Nations Unies votent la partition de la Palestine en deux États, un État juif et un État arabe. Ce plan est rejeté par les pays arabes et les arabes de Palestine. À la fin de cette même année et au cours du premier semestre de 1948, le Currency Board déplace les réserves de devises de la Palestine vers la Grande-Bretagne et ferme les centres de change à travers tous le pays. Dans la seconde moitié de l'année 1948, les billets de banque deviennent des « billets sans pays » en servant de monnaie légale dans trois zones bien distinctes : l'État d'Israël nouvellement proclamé par David Ben Gourion, la Transjordanie et la bande de Gaza. Mais cette situation sans précédent ne peut continuer. Les billets sont finalement démonétisés en 1951 et l'année suivante, le Palestine Currency Board est dissous.



Les 6 billets émis

Les billets de banque du « Palestine Currency Board » sont mis en circulation le lundi 1er novembre 1927 et sont composés des 6 valeurs suivantes : 500 mils Type 1927, 1 pound Type 1927, 5 pounds Type 1927, 10 pounds Type 1927, 50 pounds Type 1927 et 100 pounds Type 1927. Ces billets ont la particularité d'être libellés en trois langues, anglais, arabe et hébreu et d'avoir un verso identique avec une vue de la Tour de David appelée aussi Citadelle de Jérusalem, une fortification située au nord-ouest du quartier arménien de la vieille ville de Jérusalem.

palestine_5_pounds_type_1927_back.jpg

Ci-dessus : détail du verso du 5 pounds Type 1927.


Ces billets sont les premiers... et les seuls billets de banque émis pour la Palestine. Malgré des propositions de nouveaux modèles (voir notre chapitre suivant « Les 6 billets non-émis »), ces coupures ne subiront aucun changement majeur de conception au cours de leur existence, excepté les dates d'émission et les changements de signatures des membres du Conseil (Members of the Palestine Currency Board).



Les 6 billets non-émis

Nous avons ajouté un spécimen d'un 100 mills daté de 1943 et une série de 5 épreuves unifaces extraites du catalogue de la vente de la Collection Shlomo Tepper, vente proposée par la maison anglaise Spink en avril 2018. Ces épreuves datées du 20 septembre 1933 (pour le 500 mills), du 29 juin 1934 (pour le 5, 10 et 50 pounds) et du 18 mars 1938 (pour le 100 pounds) comportent un nouveau visuel de bâtiment historique au recto. Ces essais sont sans doute l'une des tentatives de réponse au mécontentement général de la population lors de la mise en circulation des premiers billets en 1927 :


palestine_100_mills_type_1943_specimen.jpg

Ci-dessus : recto du spécimen du 100 mills Type 1943. Dimensions : 115 x 69 mm.




Nos sources