Biafra

Les billets de banque d'un pays éphémère !

Actualité par - le

Une histoire courte et violente

En 1960, le Nigeria obtient son indépendance. Le pays est alors divisé en trois régions disposant d'une large autonomie. En janvier 1966, un premier coup d'État permet au général Johnson Aguiyi-Ironsi de s'installer au pouvoir. Mais l'origine ethnique (Igbo) du nouveau chef d'état provoque la montée de tensions racistes entre les différentes communautés. Le 29 juillet 1966, un second coup d'État, mené par des militaires du Nord du Nigeria, amène le colonel Yakubu Gowon à la la tête d'un gouvernement militaire. Entre mai et septembre 1966, de terribles massacres sont perpétués contre les Igbos et d'autres populations originaires du Sud du Nigeria, mais installées dans le Nord. En représailles, des milliers de civils haoussas, idomas et tivs sont assassinés par des Igbos à l'est, causant un exode massif des populations.

Ces exterminations, non reconnues dans les deux camps, mènent directement à la guerre civile. Les igbos, en majorité chrétiens et animistes, décident de s'affranchir de la tutelle fédérale des Haoussas, en majorité musulmans. Le 30 mai 1967, le gouverneur militaire de la région de l'Est, Odumegwu Emeka Ojukwu, proclame l'indépendance de la république du Biafra (1). Les frontières du nouvel État correspondent à une région de l'Est du Nigeria créée par les Britanniques en 1939. Bien que l'origine ethnique du conflit soit indéniable, celle-ci est également motivée par des intérêts économiques, car le Biafra est la région la plus riche en réserves de pétrole ! De nombreux observateurs de l'époque en ont d'ailleurs déduits que les belligérants avaient été soutenus par des puissances européennes en fonction de promesses escomptées pour une exploitation future de ces gisements. La France apportera d'ailleurs une aide discrète par des envois comprenant des armes et des mercenaires. Au final, seulement quatre pays africains (Tanzanie, Gabon, Côte d'Ivoire, Zambie) et Haïti reconnaitront la jeune république du Biafra.

Cette guerre civile, politique, religieuse et ethnique, très meurtrière, fera plus d'un million de morts, notamment du fait de la famine. Le conflit s'achève le 15 janvier 1970 et le Biafra, qui n'aura existé que quelques années, de 1967 à 1970, est définitivement réintégré à la République du Nigéria.



Les émissions de billets

La Banque du Biafra est créée en 1967 par le gouvernement du Biafra (décret n ° 3). Le premier gouverneur de la banque à avoir apposé sa signature sur les billets est Sylvester Ugoh. Un second décret (n ° 4 de 1967) modifie la loi bancaire de la République fédérale du Nigéria pour la République du Biafra. La livre du Biafra, adossée sur la livre nigériane, devient officielle le 28 janvier 1968.

La première émission de 1968 comportent seulement deux billets : le 5 shillings Type 1968 (Réf. Pick : #1) et le 1 pound Type 1968 (Réf. Pick : #2). En 1969, la Banque du Biafra autorise une seconde émission de cinq billets de 5 shillings, 10 shillings, 1 pound, 5 pounds et 10 pounds.

On estime qu'à la fin de la guerre civile, environ 115 à 140 millions de livres sterling étaient en circulation avec une population de 14 millions d'habitants, soit environ 10 livres par personne (2).


Les 7 billets du Biafra ne sont pas difficiles à collectionner et ne sont à des prix abordables. Notez cependant que le 1 pound Type 1968 se rencontre avec une erreur d'impression originale : le recto est imprimé au verso et le verso est imprimé à l'envers au recto. Il manque également le numéro de série !

1_pound_error.jpg

1_pound_error_v.jpg


Pour conclure, un billet de 5 shillings Type 1968 sans les rayons du soleil au recto a été identifié et mis en valeur sur le site Bank Note Museum. Ce billet, numéroté A/O 6754399 est actuellement le seul exemplaire connu à ce jour et symbolise justement mais tristement... l'extinction d'un pays.

5_shillings_sun_without_rays.jpg



Notes

(1) Le nom Biafra vient du golfe du Biafra situé au sud, sur la côte atlantique, lui-même nommé d’après le nom — Biafara — de la capitale d'un État resté mystérieux mais localisé par les marins portugais au XVe siècle en retrait de la côte, entre l'ancien royaume du Bénin et le Loango (Source : Wikipédia).
(2) « Banknotes from a forgotten era in West Africa », article daté du 1er décembre 2017 et publié par Navona Numismatics.


Nos sources

  • « Biafra » par Owen W. Linzmeyer.
  • « Biafra » Standard Catalog of World Paper Money, 1961-present, 17e édition (page 131).
  • Bank Note Museum : Biafra.
  • « Biafra », Wikipédia.
  • Archives photos de cgb.fr.

Haut de page
Numizon
© 2018-2021, Numizon. Tous droits réservés.
Index texte Mentions légales Nous contacter
Build in Paris - version A-3.6-1.5.5-161