Nous avions présenté ici même en décembre 2019, à l’occasion de la vente d’un exemplaire de 1920 pour la Tunisie (1), le 20 francs « Mauresque – grand format » en précisant que, s’il s’agit du type le plus courant pour la Banque de l’Algérie/Tunisie, il recèle nombre de très grandes raretés, notamment pour les premiers millésimes.

La vente sur eBay de l’année la plus rare de ce type pour l’Algérie nous donne l’occasion d’en dire un peu plus. De fait, c’est un 20 francs du 3 avril 1922, en TB correct, qui est parti aux enchères ce mois de juin 2020.

20F_Algerie_1922_E1352.jpg

20F_Algerie_1922_E1352v.jpg

Ce millésime est le dernier pour la première variante de signatures de ce 20 francs : Biron/Moyse. Il est donc, et de loin, l’année la plus rare pour l’Algérie, avec à l’heure actuelle seuls 3 exemplaires référencés :

  • X.1321/ ? du 25/2/1922, relevé par Aubert (2)
  • P.1338/614 du 17/3/1922, vendu probablement aux alentours de 2010.
  • E.1352/043 du 3/4/1922 : le présent item.

La marge d’incertitude est grande mais ce nouveau connu certifie l’impression d’au moins 32 alphabets pour 1922, soit 800 000 billets.

Les enchères ont été plus âpres que pour le 20 francs 1920 de Tunisie, pourtant de rareté au moins équivalente, puisque le prix final a atteint presque le triple, avec 188€ hors frais pour l’acheteur.

20F_Algerie_1922_E1352_detail.jpg

Est-ce la seule rareté qui a motivé cet engouement ? En tout cas, le vendeur avait mis en valeur une particularité, certes peu spectaculaire mais effectivement tout à fait hors du commun : le billet présente, en partie basse du bord gauche quand on regarde le recto, un léger appendice de papier. Ce défaut est authentique (la marge n’a pas été recoupée), et correspond vraisemblablement à un défaut de massicotage. Si ce type de défaut est largement connu pour la Banque de France, - notamment dans sa forme à la fois la plus commune et la plus démonstrative, un appendice de papier dans un coin, fauté bien identifié dès les émissions de la seconde guerre mondiale -, il est exceptionnel avant les années 1940. Pour comparaison à notre exemplaire, on regardera, sur le site Kajacques numismatique, le 50F Merson de 1933 portant un défaut très proche.

Présentement, ce défaut n’est, à ma connaissance, que le 2e ou 3e type de fauté référencé pour la Banque de l’Algérie. Les deux autres types publiés sont :

- le 100F du 24 août 1921 de la collection Kolsky, tellement altéré qu’on a peine à imaginer comment il a pu se retrouver en circulation, sauf à imaginer que quelqu’un l’ait récupéré à la poubelle…

Comme le problème de massicotage, il est la conséquence d’un aléa dans le processus de fabrication.

- le 500 francs Bacchus de remplacement avec absence de surcharge, que j’ai publié dans le Bulletin Numismatique n°134 de cgb.fr et qui reste, 6 ans plus tard, toujours connu à seulement 2 exemplaires : il est cependant possible qu’il ne soit pas un fauté au sens strict, et pourrait s’expliquer par une émission volontairement discontinue…

En conclusion, ce 20 francs de 1922 à la fois très rare, (légèrement) fauté et en état correct, est une nouveauté marquante dans le corpus de nos connaissances sur la Banque de l’Algérie !



Notes

(1) « 20 francs Tunisie Type 1912 » par François Virecoulon, news du 14/12/19.

(2) Remerciements à M. J.-L. Aubert pour sa relecture critique de l’article.