Un Bojarski vendu sur eBay...

avec un 100NF Bonaparte, une œuvre d'art parfaite !

Article par - le

100NF Bonaparte N.147

Un rarissime « faux Bojarski » vient d'être vendu sur eBay pour la somme de 5 250,00 € (Numéro de l'objet eBay : #203632477987). Le billet est complet et en parfait état. Il est numéroté N.147 - 75801, daté du 1-2-1962 et surchargé « CONTREFAÇON » en noir et en diagonale au recto. L'annonce était agrémenté de la description suivante : « Faux billet Napoléon 100 Nouveaux Francs BOJARSKI 1964. Mon grand-père André LOSTE faisait partie des inspecteurs qui ont arrêté le très célèbre faussaire Czeslaw BOJARSKI en 1964. Je mets donc en vente l'un des deux billets que je possède. Je dispose d'un dossier photocopié expliquant, photos à l'appui, les différentes étapes de l'arrestation. On y voit d'ailleurs mon grand-père en photo. Il est en super état et a toujours été conservé à l'abri de la lumière. Je suis prêt à répondre à toutes vos questions dans la limite de mes compétences ». 

L'origine du billet est donc sans équivoque ! C'est également la première fois que nous voyons l'un de ces billets avec cette surcharge. Pour information, un exemplaire similaire (N.147 - 75801) mais comportant une surcharge « CONTREFAÇON » plus petite en bleu et estimé à 3 500,00 € s'était vendu en 2017 pour 2 500,00 € en TTB+ chez cgb.fr (lot #4160360). Félicitations à l'acheteur...

« Enfin, dans la spirale inversée hissant le collectionneur vers les hautes sphères de la découverte, le Graal serait de découvrir le billet authentique portant la même numérotation que son « BOJARSKI » ! On peut toujours rêver... », Claude Fayette.

bojarski_100NF_N147_75801.jpg

bojarski_100NF_N147_75801v.jpg


Artiste ou criminel ?

Tout a déjà été écrit sur Czeslaw Bojarski (1912-2003), homme très discret (1), criminel ou génie méconnu et dont l'extraordinaire histoire continue d'alimenter encore l'actualité (2), près de 60 ans après son arrestation ! Pour Christian Porcheron, « avoir un faux Bojarski, c'est le Graal » (2,3). Les contrefaçons ou plutôt les œuvres d'art réalisées par Bojarski sont donc activement recherchées par tous les collectionneurs de billets de banque. Les occasions de vente sont très rares et la compétition est rude... Par exemple, seulement 31 exemplaires plus ou moins aboutis ont été proposés à la vente depuis 1995 chez cgb.fr. Vous pourrez d'ailleurs remarquer que sur ces 31 exemplaires, on trouve également 3 billets du 1 000 francs type 1945 Minerve et Hercule. À partir de 1949, c'est le billet que Bojarski choisi pour commencer à « exercer son talent ». Les premières fausses coupures sont mises en circulation à Noël 1950. Puis à partir de 1957, Bojarski se penche sur le 5 000 francs type 1949 Terre et Mer dont une première émission de fausses coupures est effectuée à la Pentecôte 1958. La faible et éphémère production de ces premières tentatives ont rendus les faux 1 000 francs Minerve et Hercule et 5 000 francs Terre et Mer encore plus rares que les Bonaparte !

L’idée ne vient à Bojarski de fabriquer des faux billets de 100 NF Bonaparte que quelques mois après son installation, en septembre 1960, dans la villa qu’il venait de faire construire à Montgeron. Il entreprend alors de monter une officine dans une cave (ancien puisard qu’il a préalablement et secrètement asséché) située sous son atelier et séparée de celui-ci par une trappe soigneusement dissimulée. À cette fin, il installe seul, tout le matériel et toutes les machines nécessaires et après plusieurs mois de montage, commence ses premiers essais de fabrication à la fin de l’année 1961 (4).

Bojarski est finalement arrêté en janvier 1964 et condamné à vingt ans de réclusion criminelle, le 14 mai 1966 par la cour d’assises de la Seine. Par ce jugement, Bojarski est également condamné à verser à la Banque de France, à titre de dommages et intérêts, une somme de 2.523.000 francs, représentant le montant des contrefaçons remboursées par la Banque. La vente de diverses valeurs récupérées dans la maison de Montgeron, ainsi que le produit des saisies mobilières et immobilières avaient permis de récupérer, en 1972, 1.072.346,92 francs. La vente de l’or retrouvé en 1978 dans la maison de Montgeron rapporta 1.314.541,92 francs supplémentaires. En résumé, Bojarski aura remboursé presque intégralement le préjudice qu’il avait causé car il resta « seulement » une créance de 136.111,16 francs : « Cette affaire, unique dans les annales de la contrefaçon, trouve ainsi, en raison de circonstances totalement fortuites, un épilogue surprenant qui fait qu’un faux monnayeur rembourse presque intégralement le préjudice qu’il a causé, du moins en principal » (5). Czeslaw Bojarski décède le 2 mai 2003 à Saint-Sauveur dans l’Isère. Il avait 91 ans.



Chasser un Bojarski, c'est possible...

Sur son site internet, Claude Fayette (6) propose depuis plusieurs années de saisir les numéros des billets et les numéros de série d'éventuels exemplaires du 100 nouveaux francs type 1959 Bonaparte que vous auriez en collection ou retrouvé par le hasard de la vie... Tentez votre chance : accès à la page.



Quelques photos d'exemplaires dans nos archives


bojarski_100NF_2couleurs_recto.jpg

Fig 1 : recto avec deux passages couleurs cyan et magenta.


bojarski_100NF_2couleurs_verso.jpg

Fig 1 : verso avec un passage couleur en cyan.



bojarski_100NF_E114_57365.jpg

Fig 2 : recto non abouti : manque du passage couleur en noir !


bojarski_100NF_E114(U154)_57365v.jpg

Fig 2 : verso fauté ! L'erreur est humaine, même pour les génies...



bojarski_100NF_sans_N°.jpg

Fig 3 : recto sans numérotation.



bojarski_100NF_O153_74021.jpg

Fig 4 : recto d'un billet complet... ou la perfection !



Nos sources

(1) « Le très discret M. Bojarski » par Michel Braudeau. Le monde, article publié le 11 juillet 2005.
(2) « Le Cézanne de la fausse monnaie ». Documentaire de Jean-Baptiste Antoine et Gildas Alexandre. Réalisation : Olivier Hennegrave. France, 2018. Durée : 52 mn. Diffusé sur France 5 en 2019.
(3) Le musée de la fausse monnaie. Ne ne pouvons que vous conseiller de vous rendre près d'Annecy pour visiter ce lieu unique en France, conçu et présenté par Christian Porcheron, grand spécialiste des faux billets... et de l'affaire Bojarski !
(4) « Bulletin de l’Association Française pour l’Étude du Papier-Monnaie N°43 ». AFEP, décembre 2016. Dans ce numéro, Fabien Alleman passe les techniques du faussaire au microscope de précision afin de nous offrir un angle de vue inédit sur le sujet.
(5) Cahiers anecdoctiques de la Banque de France, N°25 (extraits) : « Bojarski » par Muriel Bordogna, pages 5 à 28. Un dossier complet et détaillé sur l'affaire Czeslaw Bojarski surnommé le « Cézanne du faux billet » !
(6) Depuis 50 ans, Claude Fayette est l'auteur d'ouvrages de références sur les billets émis par la Banque de France.



Vous devez être connecté pour lire l'intégralité de l'article.

Connectez-vousEnregistrez-vous

2 Avis

Se connecter pour rejoindre la discussion


Marco33

Je possède un Bojarski qui je pense est unique car en plus de la surcharge contre façon en bleu, j'ai le tampon du commissaire Benhamou sur le billet qui est en SUP!

yann

Bonjour, félicitations à vous. Nous savons qu'il existe des exemplaires identiques au votre, mais nous n'en avons pas les photos ! Si vous avez envie d'en faire profiter la communauté, n'hésitez pas à nous faire parvenir vos photos. Nous nous ferons un plaisir de les publier. Yann Hénon.


Haut de page
Numizon
© 2018-2021, Numizon. Tous droits réservés.
Index texte Mentions légales Nous contacter
Build in Paris - version A-3.6-1.5.4-161