Les billets de banque du Mexique

Collectionner les billets du Mexique, c’est entrer dans un univers spécifique et sans fin, un monde aussi vaste que peut l’être celui de la numismatique papier de son voisin les USA, ce qui n’est pas peu dire.

Si on laisse de côté les précurseurs, dont on peut tout de même trouver des exemplaires annulés, on peut retenir 3 grandes périodes, chacune foisonnante de types et de variétés :

  • la période des banques commerciales privées : elle concerne le dernier quart du XIXe siècle jusqu’à 1914, englobant la présidence ininterrompue de Porfirio Díaz. D’un point de vue numismatique, c’est, à mon avis, une sorte de petit paradis, avec des billets très esthétiques, très représentatifs de l’époque, et dont un nombre conséquent est trouvable à des prix globalement peu élevés par rapport à leur rareté réelle ; seul bémol : il ne faut pas être rebuté par des états pitoyables, un TB étant parfois déjà une qualité remarquable, à l’exception de quelques types non émis et qui se sont retrouvés en masse sur le marché numismatique. Mais c’est le papier-monnaie que pouvaient avoir en poche les 7 mercenaires lors de leur escapade mexicaine !
  • la période troublée de la révolution mexicaine chevauche la précédente et s’étale de 1910 à 1917 avec des émissions à partir de 1913. L’aspect des billets, la qualité du papier et de l’impression rapprochent ces coupures des billets de nécessité. Disons qu’à moins d’être mordu, le collectionneur généraliste se contentera souvent de quelques exemplaires offrant un petit panel et s’arrêtera là.
  • la période de la banque d’état, avec notamment la banque « Banco de Mexico » à partir de 1925. Pour faire simple, les petites valeurs se trouvent facilement à partir des années 40, et les grosses à partir des années 50 ; la collection par type conduit à rechercher une bonne centaine de billets mais, si on entre dans le détail des dates et plus encore des signatures (dont les combinaisons changent globalement pour chaque série), les variantes sont innombrables…

Revenons à la numismatique de la période des banques commerciales locales.

Globalement et pour avoir les idées claires, les petites et moyennes valeurs (jusqu’à 100 pesos) peuvent se dénicher ; en revanche, les très fortes faciales (500 et 1000 pesos) sont souvent rarissimes en émis et apparaissent le plus souvent sous forme de spécimens non datés et non signés.

De plus, surtout les petites valeurs de circulation courante, mais parfois aussi les plus fortes, ont fréquemment été surchargées pour des succursales : le collectionneur intéressé pourra rêvasser devant la très longue liste des numéros du World Paper Money spécialisé (WPMS) pour « el Banco Nacional de Mexico » (voir notamment les PS257 & S258). Qu’on ne s’y trompe néanmoins pas : malgré les cotes augmentées de 30 à 50% par rapport au type standard, ce sont souvent de grandes raretés et on peut s’estimer heureux d’en posséder quelques unes.



Le 10 pesos de « El banco de Querétaro »

Le billet présenté ici est un 10 pesos de « El banco de Querétaro », banque active de 1903 à 1915 et qui opérait dans 3 états du centre du Mexique : le Querétaro, le Guanajuato et le Michoacán. Elle a émis toute une gamme de valeurs : des 1 et 2 pesos, seulement en 1914, et des 5, 10, 20, 50, 100 et 500 pesos à partir de 1903, le 1000 pesos n’existant qu’en épreuve et spécimen. Imprimé par l’American Bank Note Company (ABNC) à New-York, comme toutes les valeurs de 5 à 1000 pesos (les 1 et 2 pesos ayant été imprimés localement), le 10 pesos présente au recto, à gauche, le portrait d’une petite fille identifiée par le WPMS comme Guadalupe Obregón (de la famille d’Álvaro Obregón, politicien mexicain ?), et à droite les armoiries de l’État du Querétaro. Au verso, un train à vapeur passe sous un aqueduc. Construit au XVIIIe siècle, cet édifice en pierre emblématique de la région, mesure plus de 28 m de haut et 1 300 m de long... et est célèbre jusque dans les tablettes de chocolat !

diez_pesos_queretaro.jpg

diez_pesos_queretaro_v.jpg


L'inventaire actuel du billet

Bien que valeur d’usage courant, les 10 pesos sont tous de la série A, soit un nombre total de l’ordre de 100 000 exemplaires, répartis en 3 références dans le WPMS. En approfondissant cette classification, cela donne :

1) PS391a1 : billet daté du 1/11/1895. Cette référence n’existe certainement pas puisque « el Banco de Guanajuato » n’a été fondé qu’en 1903 !

2) PS391a2 : billet daté du 15/1/1906. Nous avons retrouvé 7 exemplaires :

  • 23136 (ATSnotes),
  • 29649 (banxico.org.mx),
  • 32543 (VG/F, vendu 65$ sur eBay en avril 2020),
  • 38484, 38596 (VG, vendus 53$ chez Heritage Auctions en octobre 2009),
  • 41899 (Banknote.ws),
  • 44153 (avec 16 autres exemplaires en G, vendus 104$ chez Heritage Auctions en octobre 2009. Numéros non visibles).

3) S391b : billet daté du 10/4/1914. Nous avons retrouvé 28 exemplaires :

  • 21064 (gradé PMG53 « about uncirculated » mais billet que, pour ma part, j’estime au mieux VF+, vendu 197,50$ sur eBay en mai 2020),
  • 22510, 48158 et 52248 (VF, vendus 126,50$ chez Heritage Auctions en octobre 2009),
  • 23505, 36152 et 54064 (F à VF, vendus 99$ chez Heritage Auctions en octobre 2009),
  • 25172 (VF, vendu 31$ sur ebay en octobre 2018),
  • 26175 (VF, vendu 85$ chez Stack's Bowers en août 2018),
  • 26740, 32543 (VF, lot de 4 billets de 5 et 10 pesos vendus 120$ chez Heritage Auctions en janvier 2020),
  • 28803 (F+, vendu 130€ chez Numiscollection),
  • 30070, 39635 et 43896 (vendus 89$ chez Heritage Auctions en octobre 2009),
  • 30501, 40620 et 57873 (F, vendus 74$ chez Heritage Auctions en octobre 2009),
  • 42499 (banxico.org.mx),
  • 45281 (site d’enchères mexicain),
  • 46693 (VF/EF proposé chez WorthPoint.com, mais prix final non connu),
  • 47157 (VF, vendu 65$ chez Stack's Bowers en janvier 2019),
  • 49219 (XF, vendu 150€ + 20% chez Christoph Gäertner en juin 2019),
  • 49232 (PMG 63 EPQ, vendu 336$ chez Heritage Auctions en juillet 2019),
  • 51338 (gradé PMG 30 VF, vendu 100$ sur eBay en juin 2020),
  • 52133 (coinfactswiki.com. San Dimas collection),
  • 57177 (Banknote.ws),
  • 58039 (VF, lot de 3 billets de 1, 2 et 10 pesos vendus 101,05$ chez Heritage Auctions en juin 2014).

4) PS391c1 : billet daté du 30/7/1903 (date originale) et surchargé IRAPUATO. Nous avons retrouvé 4 exemplaires :

  • 03223 (banxico.org.mx),
  • 07432 (Banknote.ws),
  • 08184 (notre exemplaire en photo ci-dessus),
  • 13734 (banxico.org.mx).

5) S391c2 : billet daté du 15/1/1906 et surchargé IRAPUATO. Nous avons retrouvé 4 exemplaires :

  • 47727 (coinfactswiki.com – San Dimas collection),
  • 53733 (mercadolibre.com.mx, état VG),
  • 59085 (banxico.org.mx),
  • 59906 (mercadolibre.com.mx, proposé l’équivalent de 150€ en F).

Nous obtenons un total global de 59 exemplaires (si on ajoute les 16 billets sans numéros de chez HA) !


Remarque : la surcharge pour la ville d’Irapuato, située dans l’état voisin du Guanajuato, a aussi concerné des 5, 20, 50, 100 et 500 pesos de la même série. Le pourquoi de cette surcharge ne nous apparaît pas clair puisqu’il existait au Guanajuato la banque « Banco de Guanajuato », mais qu’elle aussi a surchargé certaines de ses coupures pour Irapuato (Cf. PS289e ou D290d). Et on trouve également des billets de « el Banco Nacional de Mexico » surchargés IRAPUATO (S257t, 258x, 259q). On ne peut que supposer que la ville, toujours florissante de nos jours, notamment grâce à la richesse de ses sols, était un centre économique d’une extrême importance.



Un billet assez rare... et finalement très abordable !

Au final, notre billet a été acheté 45€, un prix en conformité avec sa cote (B : 40$ TB : 125$ SUP : 375$). Le faible nombre d’exemplaires relevés pour ce billet confirme cependant qu’il n’est pas si courant et, comparativement à des coupures contemporaines de la Banque de France comme le 20 francs « Bleu », dont une centaine sont actuellement en vente, on peut dire que le rapport disponibilité/cote est très en faveur du billet mexicain !


Guadalupe_Obregon.jpg