Le document exceptionnel que nous vous présentons aujourd'hui a été produit en 1860 par la Banque de France. Il s'agit d'une épreuve préliminaire du recto pour le 100 francs Type 1862 Bleu (Réf. Fayette-Dessal : F.A34 docs 00Ec1 ou Pick: # 52p). Ses dimensions sont de 195x120mm. La vignette se présente avec son talon imprimé en entier à gauche et l'impression monochrome est d'un bleu beaucoup plus foncé que celui du billet émis. C'est aussi la première fois que la mention « Banque de France » est positionnée au-dessus de la valeur en lettres... et cette présentation restera définitive sur les coupures ultérieures. Le document est uniface mais nous ne résistons pas au plaisir de vous montrer la qualité du relief de la gravure sur l'épaisseur du papier au verso. Extraordinaire !

100F_bleu_epreuve_1860a.jpg

100F_bleu_epreuve_1860r.jpg


Le 100 francs Type 1862 Bleu (1) est parfois appelé, sans doute à tort par certains collectionneurs, « le 100 francs Cabasson ». Certes, Guillaume Cabasson, pseudonyme de Guillaume-Alphonse Harang (1814-1884), a dessiné la vignette et dirigé la réalisation du billet. Mais c'est Pierre-Nicolas Brisset (2) qui a inventé ce nouveau billet de 100 francs ! François Pannemaker (1822-1900) en a gravé le recto et André Vauthier-Galle (1818-1899) assisté de Massey ont gravé le verso. On retrouve d'ailleurs au bas de l'épreuve les noms des trois premiers intervenants et leur champ d'intervention respectif sous forme d'abréviation latine :

abreviations.jpg
  • inv., invent. pour invenit : inventa,
  • del., delin. pour delineavit : dessina,
  • direx., pour direxit : dirigea,
  • sc., sculp. pour sculpsit : tailla.


Cette magnifique épreuve est apparue pour la première fois en juin 2000, lors de la vente de la prestigieuse collection François Delamare à Paris. Elle y fut vendue pour 17000 francs (sans les frais), soit environ 2592 euros, lot #120 de la page 32 du catalogue de vente en illustration ci-dessous :

delamare_page32.jpg



Les amours du 100 francs Type 1862 Bleu

La composition de ce billet est époustouflante de dynamisme et de mouvement par la présence d'une myriade d'amours (3) virevoltants en apesanteur au-dessus des allégories figées sur les côtés de la vignette, l'Agriculture et l'Abondance à gauche et le Savoir et l'Industrie à droite. L'auteur n'a pas lésiné sur la quantité car ils sont quand même 16 petits personnages dispersés dans l'ensemble du cadre. Remarquez que ces petits anges sont sans ailes ! Brisset s'est doute inspiré des compositions nombreuses du peintre François Boucher (1703-1770) sur ce sujet, comme « La cible d'amour » ou peut-être plus d'un dessin de Jean-Baptiste Greuze intitulé : « Trois amours volant sans ailes » !

Quelques cadrages en gros plan pour le plaisir des yeux :

100F_bleu_agriculture_abondance.jpg

100F_bleu_commerce_savoir.jpg

100F_bleu_centre.jpg

100F_bleu_gauche.jpg

100F_bleu_droite.jpg


En tout cas, de cette magnifique épreuve préliminaire en sortira le 100 francs Type 1862 Bleu (Réf. Fayette-Dessal : F.A34 ou Pick: # 52) qui marquera de son empreinte le début de la longue période des billets imprimés en couleur « bleu céleste ». Ce sera aussi le premier billet à comporter un verso différent du recto, ainsi qu'un nouveau type de filigrane à tête de Mercure vu de face.


(1) Nom officiel du billet : voir les fiches de la Banque de France sur le site internet de la BDF.

(2) Les ouvrages de références indiquent le nom de Brunet mais c'est une erreur !

(3) amour, chérubin, putto ou angelot : figure d'ange que l'on trouve dans la religion juive et chrétienne. Leur figure originale est une « créature de sainteté », au physique qui mélange le lion, le taureau, l'oiseau... et l'homme.