Bien que le terme ne soit pas officiel, je considère que la maxiphilie est le fait d’élargir son domaine de collection en recherchant tout ce qui peut avoir un lien avec lui, comme dans l’exemple que j’avais présenté de chromos représentant des billets de banque (voir l'article du 9 janvier 2020). Elle diffère en cela de la multicollection, où l’on recherche des objets sans lien thématique entre eux.

La carte postale offre de nombreuses opportunités au numismate : à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, les monnaies en général ont été largement représentées. Ce pouvait être dans le cadre d’une vision numismatique : il existe ainsi des cartes illustrant les systèmes monétaires de différents pays, ou bien, pour la France, montrant la diversité des billets de nécessité de la Première Guerre mondiale. Plus fréquemment, envoyer une image de billet de banque avait une vertu apotropaïque, c’est-à-dire visant à conjurer le mauvais sort et apporter la chance : le papier-monnaie va alors illustrer les cartes de vœux et parfois être entouré d’autres talismans comme le trèfle à quatre feuilles, le fer à cheval ou une pièce en or. J’en connais des exemples pour l’Amérique du sud, mais il me semble que la production des cartes postales à sujet numismatique a surtout concerné 4 pays européens : l’Allemagne (avec notamment de très jolies cartes vernissées), la Belgique, la France et la Suisse.

La carte postale que je vais présenter a attiré mon attention par son originalité. D’abord, c’est une carte finlandaise, ce qui en soi n’est pas courant, la Finlande étant par ailleurs l’un des pays ayant émis des billets parmi les plus originaux au monde, avec la magnifique série des groupes de personnages nus, datée entre 1922 et 1945. Ici nous sommes antérieurs, puisque la carte est illustrée d’un 100 Markkaa Type 1898 figurant un couple de gens du peuple, l’homme, à la chemise largement ouverte sur sa poitrine, tenant à la main droite une hache, le bras gauche posé sur l’épaule de sa compagne.

100Markkaa_cp_ok.jpg

Ce billet, le N°0186417, correspond au Pick : #7(4) selon la classification du site banknote.ws, c’est-à-dire qu’il comporte les signatures imprimés de Stenius et Landtman. Il appartient à la série émise en 1897-1898 qui comporte 6 valeurs, de 5 à 500 Markkaa. 100 Markkaa était donc une grosse coupure.

Pourtant, le billet est représenté comme l’une des feuilles d’un rouleau de papier-toilette ! Certes, à l’époque, il s’agit d’un produit de luxe d’invention récente, pour lequel Wikipédia indique : « en juin 1891, Seth Wheeler dépose un brevet pour l’invention du papier toilette en rouleau ; trois mois plus tard, il améliore le système en imaginant des lignes de perforations pour détacher plus facilement les feuillets ». Ces perforations, qui n’existent pas sur le vrai billet, sont en revanche bien représentées sur la carte postale, le billet central ayant, accolé à sa gauche, un petit bout arraché du billet précédent, et n’est pas encore détaché du billet suivant dont le numéro est déjà visible, avec une incrémentation respectée puisque porteur du N°0186418. Je ne pense pas qu’il faille voir dans ce sujet une quelconque référence scatologique, mais bien une logique apotropaïque, quelque chose comme « sois suffisamment riche pour te permettre d’utiliser de l’argent comme papier toilette ».

L’intérêt est aussi historique et philatélique. La carte est postée du Grand-Duché de Finlande, autonome mais composante de l’empire russe, cette terminologie disparaissant à l’indépendance du pays en 1917. Elle est postée le 15 juin 1912 (date du tampon de la poste) pour Paris, depuis la ville de Kuokkala, située actuellement en Russie et devenue la ville de Repino en 1948. Alors que le Grand-Duché disposait de ses propres timbres dès 1856, l’affranchissement à 4 kopeks repose sur des timbres russes : 1 kopek orange (Yvert & Tellier, réf. #61) et 2 kopecks rouge (Yvert & Tellier, réf. #63).

100Markkaa_cp_verso_ok.jpg

Au final, l’intérêt et l’originalité ont aussi un prix. Alors que les cartes postales à sujet numismatique se vendent en général entre 5 et 10€, celle-ci s’est finalement approchée des 40€. Gageons néanmoins qu’elle attirera toujours l’attention au milieu des billets finlandais avec lesquelles elle est désormais conservée : pari gagné pour l’artiste d’il y a un siècle !



Le 100 Markkaa Type 1898

Pays : Finland. Valeur : 100 Markkaa Kullassa / Mark i Guld / Marok' Zolotom' (Gold Mark), émis par Suomen Pankki / Finlands Bank / Finlandskiy Bank'. Le billet a été imprimé à Londres par Bradbury, Wilkinson & Co et est connu en quatre variantes :

  • Pick #7a : Série 1 à 86 000 avec deux signatures manuscrites imprimées.
  • Pick #7b : Série 86 001 à 659 000 avec des lignes sous les signatures imprimées,
  • Pick #7c : Série sans lignes sous les signatures imprimées,
  • Pick #7s : Spécimen uniface perforé d'un ou deux trous d'annulation, sans signatures et sans numérotation.
100Markkaa_1898a.jpg

100Markkaa_1898r.jpg


Vous devez être connecté pour lire l'intégralité de l'article.

Connectez-vousEnregistrez-vous